Minicom's 2022

Déplacement aux Minicom’s (du 25 au 27 octobre 2022)

Cette épreuve inscrite au calendrier fédéral (comme aiment à le rappeler le Comité 28 et la Ligue Centre Val de Loire) s’est déroulée à Barjouville. Les conditions de jeu étaient similaires à 2019, lors de l’édition précédente où la Vendée ne s’était pas distinguée par ses résultats. La composition de la délégation 2022 pouvait faire espérer du positif, car nos jeunes, sans être individuellement très forts, semblaient, sur le « par équipes » sur une moyenne haute. Malheureusement la veille du départ Luu-Ly PHAN (2013) s’est trouvée en délicatesse avec son genou et n’a pu défendre ses chances dans sa catégorie. Ceci a clairement modifié nos objectifs à la baisse, car la compétition par équipes se trouvait également compromise.
Les individuels débutaient le mardi et d’emblée, nous avons pu constater la « fragilité » de la table de juge-arbitrage nous ramenant vers les mauvais souvenirs de 2014 à Blois. La sono, de piètre qualité n’arrangeait rien à l’affaire. Sur le plan sportif, les résultats étaient très modestes et décevants, une certaine agressivité nous faisant défaut. Nous n’obtiendrons aucun podium en simple.
Le « par équipes » commença le mercredi très en retard bien entendu, la présence trop prononcée des J.A. ralentissant l’entame des rencontres. Le déjeuner que j’avais eu le malheur de réserver pouvait être qualifié d’irrespectueux, pour rester très poli. Le manque de délégations complètes (12) nous envoyait directement en 1/4 de finale. Il n’y avait donc que 3 rencontres à disputer. Nous avons perdu dès la première, face à l’Ille-et-Vilaine, rencontre qui aurait pu tourner à notre avantage en double garçons et en 2013 filles. Pour la place 5/8 le Val de Marne sera plus solide, et pour finir, après un 2ème déjeuner aussi « succulent » que le premier, le Loiret aura raison de la Vendée au « set-average », le jeudi après-midi.
En résumé, parce qu’il faut appeler un chat, un chat, il y a beaucoup de griefs sur différents aspects à reprocher à l’organisation. Au regard des frais engagés, est-il bien raisonnable d’y retourner ?
Le point positif restera pour Cyril Graizeau, Harmonie Benoist et moi-même des moments partagés avec une petite équipe vendéenne bien sympathique. Chaque participant a, je pense, en dépit des conditions, acquis un peu plus d’expérience dans la pratique de notre activité.

comite.tt.85@maisonsportsvendee.com

Adultes
Harmonie BENOIST (arbitre)

Tony SEYMOUR (salarié départemental, BE2)

Cyril GRAIZEAU (BE1)

 

Enfants de gauche à droite : 
Noam AMOR (Sables Vendée)

Evan GELE-FORT (Herbiers)

Adélie GAUVRIT (Aizenay)

Clara SOULLARD (Ferrière)

Ezio LIAIGRE (St Hilaire de Loulay)

Luu-Ly PHAN (Ferrière)

Règlementation

Comme souvent après un tour de critérium fédéral, on me rapporte des faits concernant un respect très approximatif  de la règlementation !

1.    NON, il n’est pas autorisé d’arrêter un échange en considérant que l’on a gagné parce que l’adversaire a prononcé un mot en renvoyant la balle ! Donc, la légende : «  tu as parlé, donc j’ai gagné » est bien une légende !!!
2.    OUI, il est toujours obligatoire depuis 1987 de lancer sa balle à 16 cm de hauteur minimum avant de servir. Cette règle doit être respectée du Poussin (travail de coordination) jusqu’au Vétéran 5 même s’il ne joue pas en « Nationale » !!!

La transition d’un jeu vers le sport s’effectue par la mise en place de règles élémentaires et incontournables. La loyauté, l’honnêteté, représentent des valeurs qui doivent aller de soi, lors de la pratique en compétition, et ce, de la D5 au niveau national.

Tony Seymour – C.T.D.
Le 18/10/2022

Championnat du Monde par équipes 
à Chengdu (Chine)

Cette épreuve majeure qui s’est déroulée du 30 septembre au 9 octobre 2022 en Chine regroupait 60 équipes. Nos résultats n’ont pas été brillants, l’écho dans les médias a, par conséquent, été très faible. Les françaises ont perdu en 1/8° de finale contre la Slovaquie sans que Prithika Pavade n’ait eu l’occasion de se distinguer réellement. Les garçons perdent en 1/4 de finale contre l’Allemagne, comme en poule. Néanmoins, l’équipe n’a pas démérité car elle est en totale reconstruction. Les frères Lebrun se sont fait remarquer de façon très prometteuse. Avec eux, rien d’impossible, leur culot rafraîchissant repousse les limites. En 1/4 Félix – 16 ans, dispose de Dang Qiu – n°9 mondial et champion d’Europe en titre ! Cette confiance tire vers le haut le reste du groupe. Jules Rolland, moins connu du grand public, a plutôt bien assumé son statut de n°3 dans l’équipe. La présence de Simon Gauzy aurait pu nous donner un résultat plus performant … ou pas ! En effet, l’Allemagne était aussi privée de ses numéros 2 et 3. Elle termine néanmoins finaliste.
Bref, pour nous français, un vent de fraîcheur manifeste s’est levé et devrait nous permettre rapidement d’obtenir la consécration médiatique que nous espérons depuis le titre mondial de Gatien en 1993.
Concernant la Chine, le niveau de jeu est toujours ahurissant. En filles, ce fut une véritable balade de santé. En garçons, en fait, la finale s’est déroulée en demi. Le Japon est la seule nation qui les a fait un peu vaciller. Harimoto est le seul joueur à avoir battu le n°1 mondial Fan Zhengdong. 
L’homogénéité des chinois a fait le reste. La finale fut disproportionnée, les allemands ne pouvaient pas espérer mieux que cette deuxième place pour laquelle la France aurait signé des 2 mains en début de mondial.

Tony Seymour – C.T.D.